Mardi 6 juillet 2021

Certaines poignées de mains amicales sont bien loin.

Je regarde mes pairs s’interroger sur un comment s’accueillir.

Il y a des couleurs dans les yeux des gens qu’on ne sait plus lire.

Que dire du silence de cet espace dont on est tous témoin ?

La distance entre nous peut avoir ce poids terrible.

Le mot solitude s’exerce à tour de bras.

Sans s’étreindre on cherche la lumière en marchant au pas.

Pendant que la peur nous escorte vers des enclots paisibles.

Le marchand de sable n’est pas passé et pourtant je dors debout. Je me vois à côté de moi-même, j’essaye de me secouer, je me gifle.

Le marchand de sable n’est pas passé et pourtant je dors debout.

|06/07/2021|

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :