Mardi 21 avril 2020

Ce printemps c’est comme un hiver où on ne pourrait pas sortir.

Je reste pris entre mes propres bras. Je me sers fort pour ne pas oublier que je suis là. Je me pince et ça ne me réveille pas. J’attends que quelqu’un vienne sonner à la porte mais personne ne viendra.

Des fois j’essaye d’arrêter de bouger le plus longtemps possible. Je n’ai pas encore de cheveux blancs mais de la poussière au sommet du crâne. J’ai gagné toutes les parties où je jouais à me cacher. Je suis le roi du silence !

Mes amis imaginaires sont revenus. Ils m’ont dit qu’avant ça j’étais devenu trop ennuyeux. Maintenant ça va mieux. On recréé des histoires et des mondes ensembles. J’arrive presque à voler mais je manque de hauteur sous plafond. Alors on a fait un trou pour la plateforme de lancement. J’ai rencontré les voisins du dessus. Ils m’ont aidé à percer le toit et là j’attends la fin de l’averse pour décoller. C’est juste pour mettre toutes les chances de mon côté. Pouvoir s’envoler, il n’y a rien de plus important que ça aujourd’hui.

|21/04/2020|

 

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Créez un site Web ou un blog gratuitement sur WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :