Mardi 27 avril 2021

Bal de frêne épouse Camille,

Bise à nue s’entre-éternel,

Glacée perdue d’un clou d’vanille,

J’aurais voulu oyez au ciel.

Ma tête est autant pleine que mon sommeil se tarit. Les idées débordent les unes sur les autres jusqu’à former un tas illisible et informe. Tout se mélange, mes phrases ont des débuts, des milieux et des fins mais pas dans cet ordre là.

Aber en vu déjà ici,

Mort tôt si car pourquoi jeunesse,

J’avais espoir d’avoir la vie,

Pour retrouver un nous vieillesse.

J’ai une tête de nœuds.

|27/04/2021|

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :