Mardi 29 janvier 2019

Je roule sur le duvet laiteux au son feutré,

Je roule dans la nuit fraîchement entamée,

Je roule contre le froid qui m’empêche et me chahute,

Je roule, mes bouts gèlent, je lutte,

Je roule dans cette tapisserie noire et blanche qui monte et qui descend, soufflé de part et d’autre par l’hiver qui avale le tout. Bientôt recouvert, mes pieds poussent dans le vide des pédales qui ne tournent plus, pour tracter des pneus qui n’ont de prise que sur le rien. J’étais ici ce soir, dans le début du noir. J’y ai vu blême, une lueur d’histoire. Là bas, au loin, au fin fond de cette ruelle qui ne veut être contée. Au bout d’un passage qui ne peut-être dompté :

La route des montagnes de glace miniatures et périlleuses !

[…]

Où en étais-je déjà ? Ah oui ! Sous la neige et à l’abri jusqu’à la mi-printemps ; celui des mots contre les maux.

|texte du 28/01/19|

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Créez un site Web ou un blog gratuitement sur WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :