Mardi 20 août 2019

Des ballets de gens qui passent

Pas après pas chacun traverse

Remplissent le vide de l’espace

À l’horizon bientôt disparaissent

Des corps célestes filent incandescents se perdre dans le noir de la nuit. Je vois le ciel sombre. Je suis sous la voûte infinie. Les étoiles clignent, leur lumière les précède. Je n’existe déjà presque plus. Mon aura s’évapore, se dissipe dans le tout. Je ne suis plus un individu. Peu à peu je redeviens poussière d’atomes.

Et les chants longtemps ont continué

Les voix ne se sont pas tues

Le repos n’a pas été trouvé

La vie de se propager continue

|03/08/2019|

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :