Mardi 27 août 2019

Les chambres encore éveillées font de la concurrence aux étoiles.
La ville elle se tait pendant que fourmillent toujours ici les insensés voyageurs.
Ceux qui ont quittés le repos pour vivre à dos de bastingages,
Les traverseurs routinier d’un monde en mal d’amour.
Ils sont à la recherche d’un quoi dont on ne sait rien et continuent malgré tout à répandre leurs regards.
Un jour certains changent de route, le lendemain on s’embrasse de nouveau.
Tout est une question de temps,
Il est bel et bien relatif comme l’a dit le génie à la langue pendue,
Et il est infini pour celles et ceux qui rêvent loin.

|26/08/2019|

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :