Mardi 1er octobre 2019

Gris comme un début d’automne à Paris. Je porte un masque de monsieur tout le monde ; à la différence que je vois les gens. Ils me bousculent sans me sentir. Ils passent sans vie, à mille à l’heure. Ceux qui se croient tellement en avance sur leur temps qu’ils n’existent qu’à peu près dans le maintenant. Cette arrogance me traverse et me brouille. Je me sens étrange étranger. Absent du territoire qu’ils défendent comme si rien d’autre qu’eux ne devait y exister. Ça me perd.

Dix jours en région parisienne et j’ai déjà assisté à plus de racisme, de misogynie et d’homophobie qu’en 7 ans au Québec…

Et malgré tout ça, à travers le pessimisme et les coups d’épaule inexcusés, dans cette critique qui pourrait me terrifier par sa violence, au milieu de ce tableau qui manque de fleurs ; aujourd’hui je n’ai qu’une peur –

celle de retomber amoureux.

|01/10/2019|

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Créez un site Web ou un blog gratuitement sur WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :