Mardi 3 mars 2020

Parce qu’on ne devait s’absenter.

Je vois ce millier de paire d’yeux qui brillent. J’entends ces cris. L’agitation est palpable, l’excitation bien présente. Les enfants sont là et attendent, ou plutôt trépignent d’impatience. Pour la plupart, c’est sûrement la première fois qu’ils assistent à une représentation. Ou une présentation. Ou quoi d’ailleurs ? Peut-être simplement un groupe d’adultes qui s’amusent ensemble, improvisent des numéros de cirque dans une cour d’école où la pluie essaye de s’inviter.

Je ne suis rien d’autre qu’un grand qui continue de jouer.

Ce matin à Little Rock, en plein centre de l’Arkansas, nous étions exactement où il fallait être. Quelle surprise et quelle joie ! Se rappeler qu’avec peu on peut tout faire. Donner sans compter, et recevoir la violence des décibels qui crient le bonheur.

Le moment présent à du mal à traîner de la patte. Mais la mémoire repeint encore longtemps ces images, ces visages, ces mots qu’on entend puis qu’on rêve. Aujourd’hui, j’ai appris ou réappris – je ne sais pas bien dans quel ordre – que ce n’est pas grave de ne pas savoir où on va dans la vie. Des fois, on peut même oublier pourquoi on fait telle chose. Heureusement, les petits sont là pour montrer aux grands qu’ils ne sont pas si grands… et inversement.

|02/03/2020|

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :