Mardi 29 décembre 2020

Je suis allongé sur une couchette improvisée, plongé dans la lecture d’un roman fantastique. Sur un matelas voisin, mon père se repose. Il est étendu sur le côté et me regarde en attendant le sommeil. Je sens le touché de ses yeux qui me lisent, comme s’il essayait d’imprimer en lui l’image de son enfant devenu adulte. Il dessine ce portrait très grand dans sa mémoire pour le pendre aux souvenirs les plus solides et garder un peu de moi quand je serai parti. Il garde précieusement le journal imagé des aventures de ma vie à ses côtés. Il se bat avec le temps pour ne pas en perdre la moindre miette. Et chaque jour, il complète un peu plus le livre de ce récit qui nous lie.

Il respire un peu plus fort. Il a lâché prise pour aller découvrir des histoires qu’on a pas vécu. Mon papa dort et c’est maintenant moi qui l’admire. Je vois ce que je suis et ce que je deviens. Après avoir marché dans ses pas je trace mon propre chemin, tout en gardant ses yeux rieurs et sa tendresse infinie.

|28/12/2020|

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Créez un site Web ou un blog gratuitement sur WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :