Mardi 12 janvier 2021

Ses yeux sont de la couleur des océans déchaînés.

Ils me regardent évoluer dans la brume ondoyante.

Je suis une caravane à la charpente enneigée,

qui passe dans des embardées trépidantes.

___

Des flocons sur la route éclaboussent,

sans tâcher ce regard à tout rompre.

Il est loin de faire naître en moi la grande frousse,

si proche de laisser mon battant se corrompre.

___

Pas de lanterne dans la nuit ici bas,

pas besoin de lumière pour lire cette histoire.

Les mots sont absents de ce jeu délicat,

c’est un mirobolant et silencieux foutoir.

___

Ces œillades ne sont peut-être pas pur hasard,

bien que ma compagnie ne manque pas d’imaginaire.

Parfois elles racontent là où s’élève un phare,

ainsi commence la traversée extraordinaire.

|12/01/2021|

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Créez un site Web ou un blog gratuitement sur WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :