Mardi 23 février 2021

Quand je suis arrivé sur cet hémisphère, le douanier m’a regardé d’un air autoritaire.

Il m’a considéré de haut en bas et m’a dit «monsieur, vous êtes bien trop heureux pour vivre ici».

Sans autre préambule, il me tend un formulaire et m’assigne à résidence pour deux semaines entières.

«Voilà qui devrait appesantir votre bonheur, il est préférable que votre sourire ne contamine pas nos promeneurs.»

Me voici donc en quarantaine, histoire de me mettre en peine.

Chaque jour j’envoie par missive l’étendue de mes symptômes aux hautes instances administratives.

Si ma fièvre de vivre persiste, je reçois une note négative.

Tout est fait pour que je me sente malade, pour me faire oublier mes envies de ballade.

Ils espèrent que 14 jours suffiront à faire passer mes envies de tourner en rond.

Ce qu’ils ignorent dans leur volonté de m’amollir, c’est que les murs ne m’empêchent plus de sortir.

De mes nombreux voyages j’ai gardé les plus beaux des rivages.

Ceux qui se lisent d’un bout à l’autre du coin des lèvres et qui se partagent bien au delà des rêves.

Ma bouche peut bien être masquée, mes yeux seront autant un glaive

et d’un simple regard je couperai la distance qui nous égare.

Je suis un joueur et mon cluster c’est le bonheur !

|13/02/2021|

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Créez un site Web ou un blog gratuitement sur WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :