Mardi 8 juin 2021

J’écris dans le profond de la nuit noire. Il y a peu de bruit autour de moi à part celui du frigo qui vrombit. Je m’ennuie du sommeil que je n’arrive pas à trouver. J’ai bâti mon insomnie avec un trop plein d’idées et un trop peu de modération. Je m’enfonce dans cette obscurité là avec les yeux cramoisis d’avoir trop cligné dans les dernières heures. J’ai dit oui à l’écran blanc que je tâche de remplir d’images textuelles. Des mots jaillissent sans tarir mon imaginaire. Je continue d’écrire en m’enfonçant un peu plus dans mon fauteuil improvisé – une simple chaise qui me fait me vouter.

J’aurais préféré la page blanche à ces quelques lignes. Mais empressé de trouver ma couette qui se dresse en sérail, j’ai lancé mes doigts à tâtons sur ces lettres cliquetantes. J’aurais voulu faire de la concurrence au frigo. J’ai fait ce que j’ai pu. Je vais maintenant retrouver le silence des cavernes de mon sommeil.

|07/06/2021|

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :